Tout savoir sur le droit à l’erreur face à l’administration

En matière de démarches administratives, il n’est pas rare pour les plus profanes d’entre nous d’être un peu perdu et, parfois, de commettre une erreur. Il peut s’agir d’une erreur de bonne foi dans une déclaration d’impôts ou d’un oubli de signalement à la CAF. Désormais, grâce au “droit à l’erreur”, les administrations seront plus clémentes avec les usagers.

Le droit à l’erreur, qu’est-ce que c’est ?

Le droit à l’erreur est la possibilité pour chaque citoyen de se tromper dans ses déclarations à l’administration sans risquer une sanction dès le premier manquement. Cette mesure est entrée en vigueur le 11 août 2018 avec la publication au Journal officiel de la loi « Pour un État au service d’une société de confiance« , qui chercher à faciliter les relations des usagers avec les administrations. Elle concerne tous les particuliers, mais également les entreprises.

Aucune sanction pécuniaire…

Ce nouveau droit à l’erreur pour les particuliers stipule que l’administration ne pourra pas vous infliger de sanction pécuniaire ou vous priver d’une prestation en cas de méconnaissance d’une règle applicable à votre situation. Concrètement, vous ne serez pas pénalisé en cas d’erreur de bonne foi. Pour bénéficier de cette clémence dans le cadre du droit à l’erreur, vous devez cependant procéder à une régularisation spontanée ou dans le délai requis après y avoir été invitée par l’administration.

… sauf concernant les impôts

Petite exception à la règle en ce qui concerne la fiscalité : même au premier manquement, les erreurs en ce qui concerne les impôts restent sanctionnées. Pour autant, si l’erreur est de bonne foi, vous profitez d’une réduction des intérêts de retard de :

  • — 30% si l’erreur de bonne foi est détectée dans le cadre d’un contrôle ;
  • — 50% si vous rectifiez vous-même votre erreur de bonne foi.

L’administration doit démontrer toute mauvaise foi

Si l’administration conteste votre bonne foi en ce qui concerne l’erreur commise, ce sera à elle de prouver votre mauvaise foi ou la fraude que vous pourriez tenter de réaliser. Le cas échéant, l’administration pourra prononcer la sanction prévue sans prendre la peine de vous inviter à régulariser votre situation.

Si vous omettez une nouvelle fois la même règle, vous vous exposerez cette fois à la sanction administrative encourue sans possibilité de bénéficier du droit à l’erreur.

Le droit à l’erreur n’est pas un droit au retard

Sachez également que le “droit à l’erreur” ne signifie pas “droit de retard”. Par conséquent, les retards ou omissions de déclaration dans les délais prévus habituellement n’entrent pas dans le champ d’application de cette loi.

Faites vous contrôler, sans conséquences

Cette loi sur le droit à l’erreur vous fait également bénéficier du droit de demander à l’administration de vous contrôler. Le but ? Vous assurer d’être conforme à ses pratiques et, si besoin, d’appliquer les corrections nécessaires pour être en règle. L’avantage ? Aucune sanction n’est à craindre suite à ces démarches ! Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous faire accompagner d’un avocat spécialisé dans le droit administratif pour vous conseiller dans vos démarches.

Besoin d'un avocat ?

Nous vous mettons en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous

Trouver mon avocat
Partager
publié par
Julien Prioux

Articles rècents

Soldes : les obligations du vendeur et les droits de l’acheteur

La période des soldes est synonyme de bonnes affaires et est toujours très attendue par les consommateurs. Mais malheureusement, de…

Il y a 2 semaines

Impôts : prélèvement à la source, mode d’emploi

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu doit entrer en vigueur le 1er janvier 2019. L’objectif du…

Il y a 3 semaines

Que faire lorsqu’un avocat ne fait pas son travail ?

Les avocats sont présents avant tout pour faire valoir vos droits et vous défendre devant la justice. Ils sont d'ailleurs…

Il y a 1 mois

Black Friday : quels sont vos droits ?

Chaque fin de mois de novembre à lieu le Black Friday, une journée de soldes avec des affaires en tout…

Il y a 2 mois

Tout sur la convention d’honoraires d’avocat

Document détaillant le mode de rémunération de votre avocat et le montant des honoraires dont vous devrez vous acquitter, la convention d’honoraires…

Il y a 2 mois

Nom de famille d’un enfant : nom du père, de la mère ou double nom ?

Depuis 2005, le choix du nom de famille d'un enfant est possible. Nom de la mère, du père, double nom...…

Il y a 3 mois

4000 justiciables choisissent mon-avocat.fr chaque jour

Avec mon-avocat.fr, trouvez le bon avocat près de chez vous !

+3 000 avocats vérifiés

Le plus large réseau d’avocats en France pour l’ensemble des domaines de droit

120 000 visiteurs mensuels

Plus de 4 000 personnes consultent mon-avocat.fr chaque jour pour trouver un avocat

Gratuit et sans engagement

Contactez gratuitement et sans inscription de nombreux avocats près de chez vous

Trouver mon avocat