L’adultère, toujours un motif de divorce ?

Que vous soyez la personne qui trompe ou celle qui est trompée, l’adultère (aussi appelé l’infidélité) peut être retenu comme une faute par le juge lors d’une procédure de divorce.  

Qu’est ce que l’adultère ?

L’adultère est la relation, consommée ou non, avec une personne autre que son conjoint. Quand il n’y a pas de relations charnelles mais que la personne s’inscrit sur un site de rencontres ou entretient une relation par internet, on appelle cela l’adultère moral.

L’adultère est la rupture du devoir de fidélité. L’article 212 du Code civil consacre en effet les devoirs inhérents aux époux : “Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance”.

Considéré comme un délit, il a fallu attendre la loi du 11 juillet 1975 pour que l’infidélité soit dépénalisé et ne constitue plus une cause (péremptoire) systématique de divorce.

Pour la petite histoire…

Sous Napoléon, l’adultère était sévèrement réprimandé, notamment pour les femmes. La femme volage risquait une peine d’enfermement dans une maison de correction pouvant aller de trois mois à deux ans. Si c’est le mari qui était volage, il avait à payer une amende entre 100 et 2 000 francs. Par ailleurs, l’époux qui tue l’amant de sa femme au domicile conjugal était totalement absous par la loi tandis que l’épouse qui tuait son mari adultère ou la maîtresse de ce dernier n’avait aucune excuse. Enfin, l’époux n’était reconnu comme adultère que s’il introduisait son amante dans le domicile conjugal.

Les conditions qui caractérisent l’adultère

Il y a trois conditions qui caractérisent l’infidélité et qui peuvent conduire au divorce (définies à l’article 242 du Code civil) :

  • Violation grave des devoirs et obligations du mariage
  • Violation renouvelée
  • Impossibilité du maintien de la vie commune

À savoir : le juge a un grand pouvoir d’appréciation. Il n’est pas obligé de tenir compte des trois conditions pour prononcer le divorce pour faute aux torts exclusifs de l’époux infidèle.
Le juge pourra aussi considérer que les torts sont partagés ou qu’il n’y a pas de faute.

Ainsi, le juge prendra en compte le comportement du conjoint dans l’appréciation des faits. Si vous avez trompé votre époux(se), parce que celui ci vous avez trompé aussi, l’adultère ne sera pas considéré comme “grave”.   Le juge ne tiendra pas compte de l’infidélité si vous vous réconciliez avec votre conjoint : en effet, le maintien de la vie commune et la volonté de pardonner après les faits sont deux caractéristiques qui empêchent de demander le divorce pour faute.

Enfin, si le couple est connu comme étant un couple libertin, il ne sera pas possible d’accuser son conjoint d’être adultère.

Comment prouver l’adultère ?

C’est l’article 259 du Code civil qui établit le mode de preuve de l’infidélité. L’infidélité peut être établie par tout moyen, mais les enfants ne peuvent être amenés à témoigner contre le parent adultère.

C’est à l’époux trompé d’établir les preuves d’adultère de son conjoint. Tout est admis, SMS, mails, photos, constat d’huissier… Tant que les preuves sont récoltées sans porter atteinte à la vie privée du conjoint, et obtenues de manière légale, le juge pourra s’en servir pour prononcer le divorce aux torts de l’époux infidèle.

Ainsi, ne sont pas considérés comme recevables :

  • Les preuves obtenues par fraude ou violence
  • Les preuves portant atteinte à la vie privée du conjoint fautif.

Ne sont donc pas admis les enregistrements à l’insu de l’époux. Les documents protégés par un code ou un mot de passe ne peuvent pas non plus être acceptés. Si vous fouillez le téléphone de votre conjoint sans son accord, ce n’est pas non plus admis. En revanche, si un message apparaît sur un appareil familial qui n’est pas verrouillé, la preuve sera acceptée.

Quelles sont les conséquences de l’adultère dans un divorce ?

L’époux infidèle, dans le cas d’un divorce pour faute, risque de :

  • Perdre son droit à prestation compensatoire. Cette prestation a normalement pour but de compenser les disparités dans les conditions de vie respectives des époux. Le juge peut décider de la supprimer en équité à l’égard de l’époux adultère qui a commis une faute. Toutefois, cette suppression n’est pas systématique.
  • Devoir verser des dommages et intérêts. En application de l’article 266 du Code civil, l’époux adultère peut avoir à verser des dommages et intérêts. Il s’agit d’une réparation du préjudice moral lié à la rupture du mariage.

Finalement, même si l’adultère n’est plus considéré comme un délit, il peut être un motif de divorce. L’appréciation de la faute est laissée entière au juge. Faites vous accompagner d’un avocat spécialisé en divorce pour vous aider dans votre procédure de divorce.

Besoin d'un avocat ?

Nous vous mettons en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous

Trouver mon avocat
Partager
publié par

Articles rècents

Tout savoir sur le Code des Pirates !

Pavillon à tête de mort, oeil borgne caché par un bandeau noir, jambe de bois et perroquet sur l’épaule… l’imagerie…

Il y a 23 heures

Les droits et devoirs du piéton

Dure la vie de piéton. Entre les trottinettes et les vélos qui circulent sur les trottoirs, les voitures qui ne…

Il y a 1 semaine

Tout comprendre sur le droit de manifester en France

Manifestations interdites, loi anti-casseurs, violences policières… Manifester aujourd’hui peut paraître compliqué pour beaucoup. Pourtant, le droit de manifester apparaît dans…

Il y a 2 semaines

Achats dans une braderie : quelles précautions prendre ?

Brocantes, braderies, vide-greniers… Les occasions ne manquent pas pour chiner et trouver des petites merveilles à prix réduits. Cependant, il…

Il y a 3 semaines

Premier appartement : démarches, droits et obligations

Ça y est, l’oiseau s’apprête à quitter le nid et il lui faut trouver un logement. Le premier appartement, synonyme…

Il y a 3 semaines

Parents, passez une rentrée scolaire sans accroc !

La rentrée scolaire est un moment stressant pour les élèves, peu importe leur niveau d’études, mais également pour leurs parents.…

Il y a 4 semaines

25 000 justiciables choisissent Mon-avocat.fr chaque mois

Avec Mon-avocat.fr, trouvez le bon avocat près de chez vous !

+3 500 avocats vérifiés

Le plus large réseau d’avocats en France pour l’ensemble des domaines de droit

Le bon choix pour votre avocat

Comme vous, +25 000 justiciables par mois contactent leur avocat sur Mon-avocat.fr

Gratuit et sans engagement

Contactez gratuitement et sans inscription de nombreux avocats près de chez vous

Trouver mon avocat