Le droit face au Big Data

09/03/2016 - Par mon-avocat.fr
155-le-droit-face-au-defi-du-big-data

Lorsque l'on télécharge une application, un grand nombre d'information est demandé à l'utilisateur. Mais à quoi ont réellement accès les applications que nous téléchargeons ? mon-avocat.fr vous dit tout ce qu'il faut savoir !

Par exemple, lorsque vous téléchargez Snapchat vous devez accepter que l'application accède à votre identité, vos contact, votre position GPS, vos photos/multimédia/fichiers, vos achats via l'’application, vos SMS, votre caméra, votre micro, vos identifiant d’'appareil et vos information sur la connexion Wi-Fi. 

L'’ensemble de ces données est stocké et permet aux applications d'’appliquer un marketing sauvage ultra personnalisé (pensez aux offres « sponsorisé » d'’Instagram ou de Facebook).

Le Big Data pose de nombreux problèmes de droit concernant la gestion des données, la protection de l’'individu, la protection de l'’innovation... Tout est sauvegardé, et internet n’a pas de frontières. La problématique est donc planétaire, notamment pour l'’appropriation des données : quelle juridiction serait compétente pour une problématique concernant une entreprise Française exploitant en Finlande des données conservées à Dubaï sur les consommateurs Japonais ? 

Il faudrait une concertation mondiale pour établir une loi de principes universels sur l’'utilisation des données via le Big Data. Cela devient urgent quand on sait que les entreprises emmagasinent des données depuis 5 ans et que les dernières évolutions technologiques rendent parfois obsolètes les réglementations en cours. 

En France, tout traitement de données personnelles doit être doté d’'un objectif défini et précis avant sa mise en oeuvre, déclaré auprès de la CNIL. L'’utilisation est ainsi encadrée dans le cadre de cet objectif mais le Big Data a seulement pour but l’'enregistrement automatique de données et leur analyse sans but prédéterminé. 

Retrouvez tout nos avocats intervenant en droit civil